La gauche prendra-t-elle un jour sa revanche sur la droite? Quand mettra-t-elle fin à des siècles d’oppression? 

Ah, pauvre gauche! Toujours du mauvais côté des expressions!

Prenez la droite. Regardez comme elle est admirable. Voyez cet artisan: ses clients ne louent-ils pas sa dextérité? Pour peu qu’il écrive des deux mains, il sera même ambidextre, littéralement « doté de deux mains droites ».  S’il est en outre honnête, ses clients se féliciteront de sa droiture! Ah vraiment, en voilà un qui, après sa mort, aura bien mérité sa place à la droite du Père. 

Mais que vois-je? Qui est cette femme sinistre (du latin sinister: situé à gauche, mais aussi de mauvais présage)?  Certes, elle s’est levée du pied gauche. La malheureuse se prépare une bien mauvaise journée. Hagarde, marquée par le mauvais oeil, elle titube. Qu’elle a l’air gauche, cette « mal à droite »! Derrière sa gaucherie, toutefois, l’observateur attentif verra vite poindre la rouerie. Assise derrière son ordinateur, là voilà qui se connecte sur le site internet d’une banque monégasque dans laquelle elle a mis de l’argent à gauche. Ah la félonne! La pendarde! Je la vois encore crier sur tous les toits que ses fins de mois sont difficiles: gauchirait-elle la vérité? Heureusement, le destin veille. Elle ne l’emportera pas au paradis. La voici sort de chez elle, traverse la rue sans regarder et se fait renverser par une voiture. Le choc est si puissant qu’elle passe l’arme à gauche.

Voici en quelques phrases l’éclatante démonstration de la cruauté de notre langue et de notre culture envers les gauchers! Depuis des temps immémoriaux, leur disposition est considérée comme une tare. La marque du Malin. Et ce n’est pas la récente victoire de la gauche en France qui y changera quoi que ce soit! D’ailleurs, songez-y bien. La victoire des hollandistes est-elle si complète? Au Parlement, lorsqu’ils prêteront serment, les députés de gauche ne devront-ils pas eux aussi lever la main droite avant de dire « je le jure »?