Le papy-boom, « probablement »?

Le papy-boom, « probablement »?

on Sep 9, 2011

Ce matin, j’ai failli avaler mon café de travers à la lecture d’un article paru sur le site de RTL Info et intitulé: « On est probablement entré dans l’ère du papy boom »

 

Bon, déjà, passons sur le titre. Il y a de quoi hurler devant l’emploi du pronom indéfini dans un texte, mais alors dans un titre, c’est le pompon.

Malheureusement, l’information est à l’avenant et l’article sent l’amateur qui a bouffé du communiqué de presse et le régurgite tel quel,manifestement, sans comprendre de quoi il retourne. D’ailleurs, c’est pire que ça: il régurgite un article paru dans un autre journal, De Standaard, et basé sur un communiqué de presse. Ce n’est plus du journalisme, c’est un devoir de Néérlandais.

Quant à l’affirmation centrale du titre et de l’article, ce « probablement », je subodore qu’il n’a pas été prononcé par les responsables de communication de l’ONP mais bien par un des deux journalistes. Les économistes et les démographes savent depuis belle lurette que le « papy-boom » se prépare depuis qu’on a remarqué un « baby-boom ». Logique, c’est la vie, les bébés vieillissent et deviennent des papys. Donc, puisque le « baby-boom » est attesté depuis la fin des années 60, l’époque où la natalité à recommencé à baisser, il ne faut pas être grand clerc pour prédire le papy-boom.

Structure de la population selon l'âge et le sexe : pyramide des âges - source: Office National des Pensions

Circonstance agravante: en cinq clics de souris, il est possible d’accéder à la « pyramide des âges » de la population belge. Pour les paresseux, pas besoin de cliquer, je vous la reproduis ci-dessus.

Un petit coup d’oeil et le problème apparaît clairement. L’an dernier, les gens nés entre 1945 et 1950 ont atteint l’âge de la retraite. Il n’y a rien de « probable », ça y est on est en plein dans le « papy-boom ».

Contrairement à ce que prétend l’article, le nombre de demandes de pensions ne risque d’ailleurs pas de se « stabiliser » dans les prochaines années. Regardez le gros renflement de la pyramide qui se profile à partir de l’année de naissance 1950! Il faudra vraissemblablement attendre que les bébés de 1979 prennent leur pension pour revenir au niveau que nous avons atteint cette année.

Bon, en soi, le vieillissement de la population n’a rien de consternant. C’est une évolution normale, commune à tous les pays industrialisés. Mais par contre, pour financer les pensions, ça va être coton! En effet, nous vivons dans un système de « pension par répartition », où les cotisations sociales des travailleurs actifs financent le paiement des retraites des pensionnés. Moins de jeunes, plus de vieux, cela veut dire une  extraordinaire augmentation des charges qui pèsent sur le système. Attendez-vous à une solide hausse des impôts en comparaison de laquelle celle qui se prépare en ce moment au 16 rue de la Loi aura tout l’air d’un pique-nique pour… retraités.

Si vous souhaitez comprendre à quelle sauce nous serons mangés dans pas longtemps, sachez que je viens d’achever, avec le journaliste Ludovic Delory, la rédaction d’un livre sur le sujet. « Retraites Plombées » sortira le 29 septembre prochain dans les librairies. À bon entendeur…

 

 

Trackbacks/Pingbacks

  1. Statu quo et pillages | Retraites plombées - [...] du nombre de pensionnés, accéléré par le paby-boom, augmente de façon exponentielle le coût global du [...]
  2. Un pensionné sur trois vit sous le seuil de pauvreté. Et en 2040? | Retraites plombées - [...] du naufrage entamé depuis son contact avec l’iceberg de la réalité démographique, quelque part au cours de l’année 2010.…
  3. Vous reprendrez bien un peu de langue de bois? | Retraites plombées - [...] entrés dans l’ère du Papy-Boom. Merci, on s’en doutait, comme je le faisais remarquer sur mon blog la semaine…
  4. Un silence assourdissant | Retraites plombées - [...] a de quoi faire tiquer, et l’argumentaire développé dans l’article dénote une méconnaissance totale du sujet. Voilà un journaliste…

Post a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *