search
top

Le syndrome de la pince à cravate

Un vent favo­rable nous a apporté un appel d’offres publié ces jours-ci par la police fédé­rale. En jeu; la four­ni­ture de pinces à cravate… Hé oui, alors que la crise gronde, que l’inquiétude gagne les chau­mières et que nos ath­lètes s’apprêtent à ne rap­por­ter aucune médaille des jeux olym­piques, alors que cer­tains agents se font tabas­ser à Lae­ken et que d’autres perdent leur che­val à... read more

Le plus grand péril pour la Chine…

Aujourd’hui, j’ai assisté pour la pre­mière fois à une démons­tra­tion d’imprimante 3D. Cette tech­no­lo­gie, bien que per­fec­tible, risque bien de révo­lu­tion­ner le monde. L’événement était orga­nisé par Ramon Sua­rez, fon­da­teur du Beta­co­work, l’espace de cowor­king le plus hype du Sud-Est de Bruxelles. Joren de Wach­ter, spé­cia­liste de la pro­priété intel­lec­tuelle et membre du Beta­co­work, a... read more

THALYS ou comment ne pas gérer une crise"> THALYS ou comment ne pas gérer une crise

Paris, 22h25. Le train en pro­ve­nance de Bruxelles arrive en retard. Une annonce demande aux voya­geurs qui retournent à Bruxelles de chan­ger de voie. À pied et char­gés de leurs bagages, les voya­geurs doivent remon­ter tout un train avant d’embarquer dans le train sui­vant, tout au bout du quai. À peine ins­tal­lés, contre-ordre. Il faut redes­cendre du train, remon­ter le quai dans l’autre sens et... THALYS ou comment ne pas gérer une crise"> read more

GTD en pratique"> GTD en pratique

Dans un pré­cé­dent post, j’avais évo­qué la méthode GTD — Get­ting things done — de David Allen. Que donne-t-elle au quotidien? Cha­cun adapte la méthode de David Allen à sa sauce. Cer­tains n’en font même qu’une appli­ca­tion par­tielle, ce que David Allen décon­seille. Pour lui, en effet, seul le pas­sage inté­gral à sa méthode livre de réels béné­fices. Pour la pra­ti­quer depuis bien­tôt trois ans,... GTD en pratique"> read more

Getting things done

Dans la vie, j’ai un gros défaut: je suis un affreux touche-à-tout qui se pas­sionne en per­ma­nence pour un tas de trucs. Comme en plus, je suis vis­cé­ra­le­ment inca­pable d’avoir une seule acti­vité pro­fes­sion­nelle qui occu­pe­rait entiè­re­ment mon temps de tra­vail, je me retrouve donc tour à tour jour­na­liste, copy­wri­ter, pro­fes­seur, musi­cien ou essayiste. À pre­mière vue, ça res­semble... read more

top