Si tu manges la vache, tu n’auras plus de lait

Publié le 16 avril 2012 dans Humeurs d'entrepreneur | 1 commentaire


À force de taxes et de contraintes administratives, le gouvernement est en train de mettre à mort les cellules qui constituent le base du tissu économique du pays: les indépendants. La preuve en chiffres.

Je m’étais juré de ne plus parler de politique pendant au moins une semaine, peut-être deux. Mais c’était sans compter sur la « créativité » de notre gouvernement, stigmatisée dans une chronique triste et amère de mon ami Chaos.

 

Quelques chiffres

 

Aujourd’hui, je ne serai cependant pas long. Je me contenterai de vous citer quelques chiffres pour bien vous faire comprendre à quel point l’acharnement du gouvernement sur les indépendants et les PME est dangereux pour l’avenir du pays. Ces chiffres ont tout ce qu’il y a d’officiel. Ils proviennent d’un rapport édité par le Bureau du Plan en février 2012, et intitulé : « Les charges administratives en Belgique pour l’année 2012″.

Ce rapport, édité chaque année, étudie la charge que représentent les obligations administratives imposées par l’Etat en matière de fiscalité, d’environnement et d’emploi.

 

Indépendants et PME: la base du tissu économique

 
En 2010, la Belgique comptait 403.703 indépendants, et 212.921 entreprises (indépendants ou sociétés ayant au moins un employé). Parmi les entreprises actives en Belgique:

  • 179.285 employaient de 1 à 9 personnes
  • 32.378 employaient de 10 à 249 personnes
  • 1.258 employaient plus de 249 travailleurs.
Les PME constituent donc la base de notre tissu économique: à elles seules, elles emploient nettement plus de travailleurs que les grandes entreprises, qui, en outre, ne sont pas très nombreuses. Pourtant, ce sont les PME qui, en 2010 déjà, étaient les plus pénalisées. Indépendamment de la pression fiscale et parafiscale très élevée qui pèsent sur elles, elles doivent également supporter l’essentiel des charges administratives imposées par l’Etat aux entreprises:
  • petites entreprises: 2,57 milliards d’euros, soit 50,7% du total
  • moyennes entreprises: 2,01 milliards d’euros, soit 39,6% du total
  • grandes entreprises: 0,49 milliards d’euros, soit 9,7% du total.

Quant aux 403.703 indépendants, comme ils doivent faire face à un charge administrative nettement moindre: 1,28 milliards d’euros à répartir sur les 403.703 indépendants. Ce qui nous amène vers une conclusion préoccupante.

 

L’emploi, ça coûte cher aux PME

 
Où se situe la différence essentielle entre les charges administratives élevées des entreprises et celles, moins élevées, des indépendants travaillant seuls ? La réponse est simple: dans les obligations liées à la réglementation en matière d’emploi.

Dans un pays dont le gouvernement affirme vouloir stimuler la création d’emplois, les charges administratives liées à la création d’emploi sont lourdes, et pèsent massivement sur les plus grands créateurs d’emploi. Lorsqu’on calcule le coût administratif par heure de travail prestée, le résultat est:

  • 3,29 euro de surcoût horaire pour les petites entreprises
  • 1,04 euro de surcoût horaire pour les moyennes entreprises
  • 0,34 euros de surcoût horaire pour les grandes entreprises

 

Les PME se meurent et l’emploi trinque

 
La crise n’est déjà pas facile à surmonter. Et aux difficultés qu’elle entraîne depuis 2008 s’ajoute une hausse – toujours d’après le rapport du Bureau du Plan – des charges administratives, qui ont sensiblement augmenté entre 2008 et 2010. Le résultat, vous pouvez le voir sur le tableau ci-dessous, qui provient du SPF Economie.

 

 

S’il fallait encore enfoncer le clou du message que j’ai envoyé il y a peu à Elio Di Rupo avec quelques chiffres, je pense que c’est fait.

Trackbacks/Pingbacks

  1. Aaah, le redressement productif... | exab - [...] se veulent les champions. Elle est principalement assurée par les PME et les TPE, qui sont aussi, comme en …

Laisser un commentaire